Les habitudes : un outil surpuissant dans son organisation

Savez-vous que 40% de nos actions quotidiennes sont effectuées par habitude ? Se laver les dents, conduire notre voiture jusqu’au travail, prendre le courrier en rentrant le soir… C’est une centaine d’actions que nous effectuons tous chaque jour, sans y penser, gérés par notre cerveau en mode pilotage automatique.

Que ce soit en organisation pro ou perso, les habitudes peuvent devenir des alliés surpuissants. Mais, à l’inverse, de mauvaises habitudes peuvent être néfastes pour notre santé, notre temps ou notre productivité.

Le pouvoir des habitudes pour mieux s'organiser

Je vous propose aujourd’hui de vous expliquer en quoi elles ont clairement changé ma vie, m’ont fait gagné en temps et sérénité. Pour moi, la mise en place de bonnes habitudes, de routines, est une des clés d’une organisation efficace.

(Promis, vous allez comprendre avant la fin de l’article pourquoi je l’illustre avec une photo de mon évier :))

Qu’est ce qu’une habitude ?

Notre cerveau est feignant. En permanence, il essaie de s’épargner des efforts. Et c’est ainsi que les habitudes se créent. Elles ne demandent aucune réflexion et surtout, aucune prise de décision. Votre cerveau se met en pilotage automatique, en « off ».

Scientifiquement, c’est une zone très spécifique de notre cerveau qui gère ces habitudes. Au fin fond de notre cerveau, près des zones les plus primitives (ces zones qui contrôlent notre respiration, nos réactions face à une insécurité…), se trouve un noyau central où elles se formeraient. De fait, ce qu’il faut comprendre ici, c’est qu’elles font certainement parties des caractéristiques primaires qui ont participé à notre évolution !

Comment se crée une habitude ?

Des études scientifiques (appuyées par des recherches marketing) ont prouvé que les habitudes se forment grâce à plusieurs facteurs qui constituent une boucle :

  • Tout d’abord, il y a un signal. Dans le cas de l’habitude de se laver les dents, par exemple, le signal peut être un repas terminé.
  • Puis une routine. C’est l’habitude elle-même, dans notre cas, se laver les dents.
  • Et enfin, surtout, il y a une récompense : le résultat de notre routine. Par exemple, la sensation de propreté et de fraîcheur.

Pour résumé, dès que notre cerveau capte un certain signal, il se met en mode automatique pour enclencher une certaine routine qu’il a pré-établi. Imaginez donc comme les habitudes peuvent être un outil puissant dans notre organisation ! Des habitudes qui permettraient de gérer des tâches rébarbatives en pilotage automatique. Ou encore des habitudes qui seraient bonnes pour nous, notre santé, notre motivation.

C’est d’ailleurs sur la mise en place d’habitudes que se base certaines méthodes d’organisation, comme la méthode FlyLady, ou de développement personnel, tel que Miracle Morning.

A lire aussi : Mon rituel matinal

Comment et en combien de temps mettre en place une habitude ?

Pour créer une habitude, il va donc falloir créer cette boucle signal/routine/récompense. Et la répéter autant de fois que nécessaire pour que notre cerveau transforme ce qui a d’abord été une décision de notre part en routine automatique.

J’insiste : une habitude est avant tout une décision que nous prenons. La mettre en place n’est pas forcément une chose facile, car cela va nécessiter de prendre la décision de se mettre en action plusieurs fois. Même lorsque que l’on est fatigué ou que l’on manque de motivation. (et pour quelques astuces, je vous invite à lire mon article pour vaincre la procrastination).

On entend souvent dire qu’il faut 21 jours pour mettre en place une habitude. D’autres scientifiques s’accordent à dire que c’est plutôt 60 jours. Dans tous les cas, il s’agit uniquement d’une moyenne, pas d’une science exacte, et de mon point de vue cela va dépendre de plusieurs facteurs, liés chacun aux 3 étapes de la boucle de l’habitude :

  • Le signal : plus celui-ci est évident, reconnaissable, plus il va être facile de déclencher la décision nécessaire à la mise en place de l’habitude.
  • La routine : la difficulté et le temps que représente la routine pour vous vont bien sûr influer sur le temps de mise en place de l’habitude. Bien entendu, plus ce sera long et compliqué, plus cela vous demandera des efforts.
  • La récompense : et bien sûr, plus celle ci sera importante et gratifiante à vos yeux, plus cela sera un facteur de motivation.

Ainsi, le temps que vous mettrez à créer une habitude se définira en fonction d’un équilibre de tous ces facteurs. Il vous faudra certainement plus de temps pour crée l’habitude de faire 15 km de course par semaine que de créer celle que de ranger vos clés dans la boite à clés tous les soirs.

La métaphore de la montée à vélo

J’ai souvent tendance à imaginer cette métaphore quand on parle d’habitude. Créer une habitude, c’est comme vouloir monter une côte à vélo.

Vous êtes en bas de la côte, vous regardez en haut. Le paysage a l’air vraiment sympa de là-haut. Plein(e) de motivation et d’envie, vous enfourchez votre vélo.

Les premiers coups de pédale sont faciles, vous pensez au joli paysage qui vous attend et vous avez la forme. Puis au bout de quelques minutes, les cuisses commencent à vous brûler. Vous oubliez le paysage, et vous n’arrivez plus à penser à autre chose qu’à la douleur et à votre envie d’abandonner.

On est donc au moment crucial, là où tout se joue. Là où il va falloir vous rappeler pourquoi vous êtes monté(e) sur votre vélo, pourquoi vous voulez voir ce paysage. De vous rappeler quelle en est la récompense attendue : celle du paysage bien sûr, mais celle toute aussi importante de la fierté que vous aurez d’avoir réussi à grimper votre côte. C’est à ce moment qu’il va vous falloir vous discipliner pour tenir dans la durée. Si vous arrêtez de pédaler maintenant, vous dégringolez au bas de la côte et vous reprenez à zéro. Courage !

Puis, viendra le moment où vous commencerez à voir le bout de cette montée. Doucement, la côte va s’adoucir progressivement, et même si il vous faudra continuer à fournir quelques efforts, vous allez pouvoir commencer à admirer le paysage. Vous êtes en phase de consolidation.

Et enfin, vous êtes arrivé(e) en haut, bravo, vous profitez pleinement du paysage ! (= votre habitude est ancrée !) Je ne dis pas qu’il n’y aura pas de temps en temps des petites variations d’attitude, quelques bosses, mais normalement, il n’y aura plus de retour à la case départ.

Bien entendu, vous pourrez vous rendre compte en chemin que finalement, le paysage n’a pas l’air si beau, ou en tout cas qu’il ne mérite pas les efforts fournis. Changez de chemin alors. Mais n’abandonnez pas juste parce que vous avez mal aux cuisses, promis ça passera 🙂

Le pouvoir des habitudes pour mieux s'organiser

Les habitudes : un frein à la spontanéité ?

C’est souvent ce que j’entend quand j’aborde le sujet : où est l’imprévu, la spontanéité si on met en place trop d’habitudes ?

Tout d’abord, comme je le disais en début de cet article, plus de 40% de nos actions sont déjà issues d’habitudes. Bon nombre de vos décisions n’en sont pas, et ne sont que des résultantes du mode pilotage automatique de votre cerveau.

Et surtout, je ne pense pas qu’on puisse être en recherche de spontanéité et d’imprévus quand il s’agit de seulement de mettre sous habitude des tâches qui sont de toute façon indispensables. On devra toujours faire à manger, on devra toujours faire des lessives et entretenir un minimum notre maison. On devra toujours faire des tâches répétitives et pas toujours intéressantes au travail. Alors si on arrive à automatiser tout ça, justement pour que ça pèse moins sur nos journées, ça ne pourra être que bénéfique.

Je dirais même plus, les habitudes ne sont pas un frein à la spontanéité, ils en sont même l’exacte contraire ! Si par exemple vos corvées ménagères ou professionnelles sont sous contrôle, grâce à des routines ancrées et efficaces, vous avez tout le temps disponible et la sérénité nécessaire pour être spontané(e) ou accueillir sereinement l’imprévu.

Un petit weekend sur un coup de tête ?

  • Sans habitudes : Zut, vous aviez prévu de passer votre weekend à rattraper votre retard de lessive.
  • Avec habitudes : Maison sous contrôle, 2 jours loin de la maison ne déstabiliseront rien du tout.

Un ami prévient qu’il arrive prendre le café dans 5 min ?

  • Sans habitudes : Mon dieu, dans quel état est ma maison ? Et moi je suis toujours en pyjama !
  • Avec habitudes : Super, je suis content(e) de le voir !

Un gros dossier super intéressant vous est proposé au travail ?

  • Sans habitudes : Je me noie déjà avec mes tâches quotidiennes, comment je vais gérer ça ?
  • Avec habitudes : Waouh, sacré challenge, je suis prêt(e) !

Ça semble un peu trop simplet comme ça, mais le fond de l’idée est là : vos habitudes peuvent réellement vous faciliter la vie. Je ne vous dis pas qu’il vous faut une vie réglée comme du papier à musique, mais juste que quelques habitudes efficaces et ciblées peuvent vous rendre vraiment la vie bien plus agréable… et spontanée !

Et moi, quelles sont mes habitudes ?

Les habitudes sont un de mes secrets. Un secret qui me permet de concilier assez facilement toutes mes casquettes : celle de femme, de mère, de salariée, d’entrepreneur.

Par exemple, j’ai de vrais routines les matins et soirs en semaines (signaux), composées de plusieurs dizaines d’habitudes. Elles me permettent de gérer sereinement la préparation des enfants pour l’école ou le couché, ma propre préparation, tout en m’occupant chaque jour un peu de la maison (routines). Se faisant, nous gagnons tous en temps et en sérénité : pas de course contre la montre le matin, et la satisfaction le soir, de se poser dans son canapé et de profiter de la soirée, dans un environnement relativement rangé et propre (récompenses).

A lire aussi : Mes routines pour entretenir ma maison

Ces routines ne se sont pas construites en un jour, et elles ne sont pas figées. Elles doivent se réadaptées constamment à notre vie, à nos aspirations, à nos emplois du temps. En général, je profite de chaque rentrée scolaire ou gros changement dans notre vie de famille pour imaginer et réfléchir à nos routines.

Par exemple pour créer une routine du matin, je procède ainsi :

1/ Je réfléchi à mes objectifs (récompenses) : Par exemple « Nous devons quitter la maison à 7h50 tous les matins, en laissant une maison relativement propre et nettoyée pour que ça soit agréable quand nous rentrerons, et sans que ça soit la course. J’aimerais avoir du temps pour faire un jeu avec les enfants avant de partir ».

2/ J’imagine qu’elles seraient les routines à avoir pour atteindre ces objectifs en listant tout ce qu’il y a à faire (Habiller les enfants, préparer le petit dej, ranger la table du petit dej et passer un coup d’éponge dans la cuisine, etc etc). A partir de là, je définis une heure à laquelle je dois me lever. Et je propose un plan d’action à ma famille.

3/ Nous testons, nous réajustons, nous nous adaptons. Et surtout, nous nous engageons à tenir ces nouvelles habitudes. Nous faisons brûler mes cuisses plusieurs fois 🙂 Mais nous avons fini par trouver une routine et des habitudes qui collent à notre famille et nos besoins.

Le pouvoir des habitudes pour mieux s'organiser

Comment j’ai transformé une de mes plus mauvais habitudes

Même si j’ai toujours été quelqu’un d’assez organisée (et relativement maniaque), notre point noir à la maison a été pendant des années l’entretien de la cuisine. C’est simple, je n’osais presque plus y mettre les pieds. Et quand je le devais, c’était à contre cœur : toujours de la vaisselle qui traînait, du bazar, de la saleté. Parfois, on ne prenait même pas le temps de débarrasser la table le soir ! Et vraiment, ça nous pesait. C’est en mettant en place une nouvelle habitude, qui elle-même à permis la création d’autres habitudes, que nous sommes sorties d’un cercle vicieux.

Cette habitude, elle est tirée de la méthode d’organisation FlyLady : chaque soir, je me suis mise à nettoyer mon évier. Petit à petit, se sont ajoutées de nouvelles routines. Je met les affaires dans le lave-vaisselle (et donc je le range si il est propre). Puis, je nettoie le plan de travail chaque soir. Puis, je nettoie les plaques chaque soir. Etc etc. Aujourd’hui, ces habitudes sont tellement ancrées que :

  • 1/ je ne met pas plus de 5 min par soir pour entretenir toute ma cuisine
  • 2/ c’est tellement automatique que je n’y réfléchis même plus. (Pas de « oh pas ce soir, je n’ai pas le courage », c’est aussi automatique que de se laver les dents !)
  • 3/ C’est un vrai plaisir le matin d’entrer dans la cuisine pour préparer le petit déjeuner et ça contribue sans aucun doute à bien faire commencer la journée.

Vous comprenez la puissance d’une habitude ? En me forçant à prendre 5 minutes chaque soir pour laver mon évier, je suis entrée dans une spirale positive et je me suis débarrassé d’une mauvaise habitude que nous avions depuis des années.

Mais encore une fois, il a fallu du temps, petit pas après petit pas. Donc laissez vous le temps. N’imaginez pas changer tout ce qui vous chagrine en un claquement de doigt. En instaurant des habitudes petit à petit vous allez entrer dans une spirale positive. Attiré(e) par la promesse d’une récompense (= votre objectif), vous allez avoir de plus en plus de facilité à mettre en place et tenir de bonnes habitudes.

Comment se débarrasser d’une mauvaise habitude ?

Nous l’avons vu juste au dessus. Une des façons de se défaire d’une mauvaise habitude (ex : laisser la cuisine tout le temps en bazar), c’est d’en créer de nouvelles qui viennent l’annuler. Encore une fois, avant que ça ne devienne une habitude, ça sera avant tout une décision. Que vous allez devoir prendre plusieurs fois avant que ça devienne automatique. Les coups de pédales de votre vélo vont être d’autant plus difficiles si vous aviez auparavant une mauvaise habitude à la place.

Pour en venir à bout, vous pouvez aussi agir sur le signal qui déclenche cette habitude :

Par exemple, si vous avez pour mauvaise habitude de grignoter dès que vous allez dans la cuisine parce que vous voyez le pot de gâteau, vous pouvez changer le signal (voir le pot de gâteau). Changez-le de place, ou décidez de ne plus acheter de gâteau par exemple. Il sera plus simple de prendre la décision de ne pas l’acheter que d’y résister quand il sera sous votre nez. En résumé, il faut réussir à flouer notre cerveau qui, je le rappelle, est un vrai fainéant ! Facilitons-lui la tâche !

Idée lecture : Le pouvoir des habitudes de Charles Duhigg

Je suis depuis longtemps convaincue de la force et de l’utilité des habitudes, mais pour écrire cet article, j’ai acheté et lu le livre « Le pouvoir des habitudes » de Charles Duhigg. Dans cet ouvrage, il explique en détail, à travers une multitudes d’exemples (des réussites individuelles, sportives, marketing…), ce que j’ai pu vous résumer dans cet article. C’est donc un livre à lire si vous voulez aller plus loin et mieux comprendre le fonctionnement des habitudes.

Et pour la conclusion parfaite, voilà un extrait de son quatrième de couverture :

« Si notre vie est faite d' »habitudes clés » qui régissent nos conduites à notre insu, il suffit d’en modifier un élément pour créer un cercle vertueux. En changeant de clés, vous ouvrirez des portes insoupçonnées ! »

Le pouvoir des habitudes pour mieux s'organiser

2020 : Le challenge Make You Happy pour instaurer de bonnes habitudes !

Cette année, j’ai décidé de vous accompagner pour créer vos bonnes habitudes, car, comme vous l’aurez compris, c’est pour moi l’une des clés de votre sérénité. Pour cela, je vais vous proposer un petit challenge sur mon compte Instagram. Le but : vous proposer chaque mois une bonne habitude à mettre en place, tirée de mes propres routines. Je pourrais répondre à vos questions et nous pourrons ensemble nous motiver et nous entre-aider pour monter la côte ensemble 😉

RDV le 1er mars sur mon compte pour découvrir la première habitude que je vous invite à adopter !

Avez-vous réussi à mettre en place de bonnes habitudes qui ont changé votre vie ? Où avez-vous de mauvaises habitudes que vous aimeriez changer ?

31 réflexions sur “Les habitudes : un outil surpuissant dans son organisation”

  1. Bonjour Julie,
    Merci pour ce chouette article, une fois encore très utile.
    J’ai hâte de découvrir les challenges sur Insta 🙂
    Après avoir lu la méthode Flylady j’ai également commencer à faire briller mon évier, cela paraît bête mais quelle satisfaction au réveil de découvrir une cuisine propre. Autre habitude chez nous, préparer la tenue vestimentaire la veille ! Il y en a d’autres évidemment…
    Merci pour tes précieux partages !!!
    Sonia

    1. Oui, c’est vrai que ça peut paraître un peu « bête » comme habitude pour l’évier… mais dès que l »on essaie, on l’adopte ! On se rend compte à quel point cette toute petit chose (trouver un évier propre quand on arrive dans la cuisine le matin) peut jouer sur notre moral de bon matin 😊

  2. Hello Julie !

    Super article, ça m’a beaucoup rappelé les lives sur Instagram où le sujet revenait régulièrement. C’est génial d’en avoir fait un article sur le blog au moins ça permet d’y revenir pour se remotiver ou quand il y a des turbulences dans l’organisation pour x ou y raison!

    J’ai hâte de suivre le challenge sur Insta !

    Belle journée

    1. Hello ! Oui, c’est vrai que j’en parlais tellement lors des lives, pendant mes ateliers… C’est vraiment THE conseil pour moi. J’avais en tête cet article depuis un moment mais il fallait que je mette de l’ordre dans mes pensées et je voulais vraiment me renseigner un peu plus sur le fonctionnement des habitudes et de notre cerveau avant d’en dédier un article 🙂

  3. Bien vite le 1er mars !
    Je monte souvent sur le vélo mais j’en descend presque toujours à mi-course… et ça commence sérieusement à me fatiguer 🙂

    Merci pour ce chouette article (comme d’habitude 😉 )

    1. La mi-course… c’est vraiment le moment le plus compliqué ! Ce qu’il faut vraiment avoir en tête, c’est que ça va devenir de plus en plus facile ! Que tu vas dans le bon sens, que la côte va s’adoucir. Courage ! ❤

  4. Hello Julie !
    Merci pour cet article, j’essaye d’avoir un cuisine impec’ le soir car je suis d’accord il n’y a rien de plus agréable pour commencer la journée, mais il y a encore des loupés…
    Et le matin, je sais qu’il faudrait me lever ne serait-ce qu’1/4h plus tôt ça changerait tout mais ma couette refuse de me laisser sortir !!!
    Bref, hâte de voir ton challenge, rien de tel pour se motiver et tenir !

  5. Contente de te retrouver par écrit! Je suis partante pour prendre une nouvelle habitude le 1er mars! Je rajouterais que les habitudes sont d’autant plus efficaces si on n’est pas seule impliquée. Par exemple, prendre des habitudes de couple (quand l’un n’est pas motivé, l’autre tient le cap), des habitudes de famille, de collègues…

  6. Merci tellement pour cet article très inspirant, j’ai déjà encrée des habitudes en suivant tes précédents conseils, comme se mettre des rappels sur son tel… et ça marche 💪 j’ai tellement gagné de temps et de charge mentale que j’en arrive parfois à « m’ennuyer » ! 😁
    Hâte de découvrir tes challenges.

    1. Haha, rien ne me fait plus plaisir ! Quelqu’un qui s’ennuie ! 😀
      Bravo pour ces premières habitudes, j’espère que tu en développera d’autres qui te feront du bien pendant le challenge 🙂

  7. Encore un super article inspirant Julie ❤️ une belle pepite. Vivement le 1er Mars !
    Plusieurs nouvelles habitudes depuis deux ans et demi maintenant, en début de grossesse du petit troisième. Ça était l’élément déclencheur, de se dire comment se dégager du temps de qualité tous ensemble et pour chaque enfant ?
    Maintenant la cuisine est rangée après chaque repas. L aspirateur est fait chaque soir voir matin et soir pour les pièces de vie.
    Les grands préparent chaque soir leurs affaires pour le lendemain, comme nous. Un gain de temps énorme chaque jour.
    L’entrée est rangée dès qu’on y entre ou sort. Chaque manteau a sa place, chaque personne a son étagère à chaussure, les bonnets écharpes et sac ont leur espace aussi. Même les clés ! Plus d excuse !
    Et depuis 1 an maintenant je m attaque à la routine des courses. On se retrouve moins souvent au dépourvu quand un invité surprise arrive… Quel bien de voir le chemin parcouru ❤️❤️❤️
    Je sais que nous avons encore du chemin (notamment sur le grand ménage de la maison et sur la gestion des comptes, enfin plutôt celui de Mr 😂) mais c’est avec plaisir que j entame ces petits pas quotidiens.
    A bientôt.
    Audrey

    1. Merci ma Audrey ❤
      C’est super ce petit rituel du soir en rentrant ! En effet, rien de pire que les affaires qui traînent dans l’entrée ou le salon pour un effet visuel « bordel ». Bravo pour toutes ces bonnes habitudes adoptées ! 😀

  8. Bonjour Julie,

    Article super intéressant et motivant !

    Grâce à tes différents articles sur le blog, tes postes Instagram et ton Atelier, auquel j’ai eu la chance d’assister, j’ai mis quelques routines en place, entre autres, le nettoyage de l’évier tous les soirs.

    Je confirme, cela apporte une liberté et ôte une charge mentale. Ce qui me permets de me détendre le soir.

    Je refusais, comme beaucoup, que ma vie soit pleine de contraintes mais au final, force est de constater que les routines m’apportent beaucoup de sérénité…

    J’encourage fortement les personnes qui sont réfractaires aux routines d’essayer et de suivre tes précieux conseils.

    Hâte d’en lire plus ici ou ailleurs…

    1. Hello Martha !
      Qu’est ce que ça me fait plaisir de te lire ! 😀
      Ça me prouve que je ne suis pas folle 😅 les routines ne sont pas des contraintes, mais elles sont au contraire libératrices !
      Tu peux être fière de toi d’avoir réussi à monter ta côte à vélo et de pouvoir profiter maintenant du paysage, bravo ! 😀

      1. Merci Julie 🙂

        Ce n’est pas encore parfait mais c’est vrai que trouver sa cuisine le matin propre et rangée, ça permets de commencer la journée dans un meilleur état d’esprit !

        Et c’est vrai qu’une fois que ça marche avec une pièce, on veut faire pareil dans toute la maison. Mais comme tu le dis, c’est peu à peu. Inutile de se mettre la pression pour trouver le fonctionnement parfait qui nous convient. Sinon on se décourage vite.

        Si on se laisse le temps de mettre une routine en place, on gagne confiance en soi et on se sent capables d’en mettre d’autres.

  9. très bel article, merci pour tous ces précieux conseils ! A ta métaphore du vélo, moi c’est la métaphore du mur d’escalade ou chaque ligne de couleur est un objectif. On grimpe et puis quand on est bloqué on passe sur l’objectif d’à coté puis on revient au premier! Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Panier
Retour haut de page