Faire passer son bonheur avant celui de ses enfants

Ce titre est très provocateur n’est-ce-pas ? Tous les parents veulent voir leurs enfants heureux, et c’est bien la chose la plus importante qui soit. C’est normal. Et pourtant, sacrifier son bonheur au profit de celui de ses enfants, c’est selon moi une grosse erreur, et l’effet obtenu sera exactement l’inverse de ce que l’on recherche. Pour moi, la première personne à aimer, c’est soi même, la première personne à chouchouter, c’est soi même. On ne peut tout simplement pas rendre les autres heureux en ne l’étant pas nous même.

meditation parent enfant moment de bonheur

Leur donner l’exemple du bonheur

Quand je réfléchis à ce que je souhaite à mes enfants pour leur vie d’adulte, voilà ce que j’ai en tête : des adultes épanouis, bien dans leurs baskets, qui ont confiance en eux et en les autres, en leurs capacités, qui savent apprécier la vie et ce qu’elle leur offre, qui cherchent à vivre leurs rêves. Et vous savez quel est le meilleur moyen pour y parvenir ? Vous l’avez dans le mille : leur donner l’exemple.

Depuis la naissance, ils apprennent en nous imitant. Il répètent nos geste, nos mimiques, nos façons de parler. Souvent même, ils reprennent nos idées. Ils apprennent de nos convictions. Ce sont des éponges, des éponges à connaissances, à sentiments, à savoir-être. Pensez à ce nombre de fois où vous vous êtes reconnues, ou avez reconnu un proche à travers votre enfant. Et si la notion de bonheur s’apprenait tout simplement de la même façon ?

Les enfants : des éponges à émotions

Si aujourd’hui on se sacrifie pour eux, que feront-il plus tard ? Ils se sacrifieront pour leurs enfants. Qui eux-même reproduirons le schéma. Et au final qui sera heureux ? Personne.
Car même si nous nous sacrifions aujourd’hui pour leur bonheur, croyez vous qu’ils soient vraiment heureux ? Encore une fois, ils ressentent ce que nous vivons, ils ressentent nos sentiments et nos frustrations. Même si nous leur accordons du temps (alors que nous n’en avons pas l’envie/le courage), même nous leur offrons des jouets et des cadeaux (alors que nous n’en avons pas les moyens et en sacrifiant nos propres envies)… leur bonheur sera tout simplement artificiel.

Le temps est ce que nous avons de plus précieux à leur fournir, surtout quand on travaille. Mais il ne faut jamais privilégier la quantité à la qualité de ce temps. Il vaut mieux 10 minutes de pure présence et d’intérêt, que 1h à contre-cœur. Si il vous faut 50 minutes de temps pour vous, pour pouvoir être disponible et heureuse de leur accorder ces 10 minutes, alors prenez ce temps là, ils vous en seront reconnaissants. Expliquez leur « Oui, je vais venir jouer avec toi, mais avant j’ai besoin de me détendre un petit peu avec un bon bain/série/livre, car je me sens très stressée et je n’ai pas la tête à jouer. Mais après ça ira mieux et on passera un bon moment ensemble ».

Parents heureux = enfants heureux

C’est l’essence même de l’existence de ce blog. Bien sûr aujourd’hui je vous dis « soyez heureuse ! ». Facile à dire… Mais j’espère que justement, ce blog sera là pour vous aider dans ce sens. Car être heureuse m’a permis d’être la maman de mes convictions. J’avais beau lire des livres d’éducation bienveillante et de parentalité positive, et être convaincue de mes choix éducatifs, il est difficile de les appliquer dans un monde où on se sent en permanence stressée, où on ne prend jamais le temps de prendre soin de soi. J’ai posé mes livres d’éducation (et ai sorti les livres de développement personnel), j’ai pris soin de moi, guéri certaines blessures, et maintenant je suis la maman que je veux être (ou presque… il y a en permanence un travail à faire sur soi même). Mais vraiment, tout est tellement différent.

Le résultat sur mes enfants ? Il est spectaculaire. Ils sont profondément heureux. Ils imitent mon bonheur, mon aîné de 6 ans surtout. Souvent le soir, dans son lit, il réclame que nous parlions ensemble des moments les plus heureux de notre journée. Le matin, il me demande de faire de la méditation. Et surtout, surtout, il dit des fois des phrases comme « Maman, regarde comme c’est agréable le soleil, regarde comme la nature est belle. Qu’est ce qu’on est bien ! ». Si il est toujours dans cette disposition d’esprit à 30 ans, croyez moi que je serais la plus fière et la plus heureuse des maman.

Qu’en pensez vous ? Arrivez-vous à prendre soin de vous ? Si oui, voyez-vous un résultat positif sur vos enfants ?

17 réflexions sur “Faire passer son bonheur avant celui de ses enfants”

  1. Cet article est très vrai, très juste et très réaliste. Malheureusement, pas toujours possible à mettre en place dans la vraie vie, avec le stress du travail, les horaires à respecter et la vie quotidienne qui tourne à cent à l’heure. . Des bouquins à me conseiller sur le développement personnel ?

    1. Oui effectivement, comme je dis, plus facile à dire qu’à faire ! 🙂
      Pas de bouquin sur cette question en particulier… Plutôt un mix de plein d’astuces trouvées ici et là. Et justement, ce blog est là pour vous les partager 🙂 Enfin, un livre pour moi a été le déclic, le Miracle Morning, même si pas directement en lien avec le sujet. Mais j’en parlerais plus en détail dans un prochain article 🙂

      En tout cas il faut commencer par des petits objectifs, comme on dit, « celui qui déplace les montagnes commence par les petits cailloux » 🙂 Déjà apprécier quelques minutes pour soit. Même si ce n’est que les 5 minutes dans la voiture seule pour aller au travail : mettre de la musique motivante, apprécier le paysage, la météo… Chercher les minis bonheurs…

      Bref, j’ai une tonnes de choses à vous partager pour tout ça. Et vraiment, le blog est là pour ça. Cet article, c’était un peu l’introduction à tout ce qui va suivre 🙂 J’étais comme toi il y a encore quelques mois, sous la vague du quotidien. Et puis avec les bons outils, beaucoup de volonté, on se rend compte que rien n’est figé et que l’on peut construire notre bonheur, malgré notre quotidien chargé. Et après… le bonheur entraîne le bonheur, c’est un cercle vertueux, une fois qu’on est entré dedans 🙂

      Très belle soirée à toi Pauline !

  2. Un rappel bien utile pour comprendre pourquoi nous devons chercher le bonheur et le cultiver … C’est super de mettre cet article tot dans ton blog. Il nous permet de comprendre le but à atteindre grâce aux techniques de dev. personnel.
    J’avoue ne pas encore avoir partager cette vision de la vie avec Juju mais quand je vois ton loulou déjà près à te suivre dans cette voie, je me dis qu’il faudrait que je fonce ! Rendons notre vie meilleure, en adéquation avec ce que nous voulons, soyons heureux et la vie n’en sera que meilleure et pas que pour nous 😉
    Vivement la suite de tes articles je sens que je vais les dévorer

    1. Merci pour ce commentaire Morrigane ! Tu as tout à fait raison, si nous somme heureux, nous changeons notre vie, mais aussi celle de ceux qui nous entourent (et pas que de nos enfants d’ailleurs ! ;))

    1. Oui, au final je pense que les enfants peuvent ressentir ce sacrifice, et s’en sentir coupable.
      Soyons heureux pour qu’ils le soient, c’est (presque ;)) simple !

    2. Bonjour Julie,

      J’allais faire le même commentaire que prettylittletruth. Ce n’est pas sain du tout et je viens d’avoir 30 ans et j’en pâtis, je culpabilise de faire ma vie. Je ne suis pas encore maman, mais je ne souhaite pas reproduire le même schéma. Merci pour ta phrase : « On ne peut tout simplement pas rendre les autres heureux en ne l’étant pas nous même. »

  3. Je suis absolument d’accord en ce qui concerne le temps à prendre pour soi qui est indispensable à l’épanouissement personnel et donc familial, après la vie fait que l’on ne peut être heureux tout le temps et que nos émotions ne sont pas toujours gérable.
    Et nous ne pouvons pas toujours les protéger de tout, et d’ailleurs tant mieux car les moment difficile font partie de la vie ! mais bon, je crois que je me suis un peu écartée du sujet initial… 😉

    1. Oui tu as tout à fait raison ! Mais justement, leur donner la clé du bonheur, c’est aussi leur donner de quoi affronter les coups durs de la vie non ? Il s’agit pas tant de les protéger, que de leur permettre d’apprécier les petits bonheurs de la vie et d’en tirer une force pour affronter le reste 🙂 Qu’en pense-tu ?

  4. Merci pour cet article. Je sens que ton blog va me plaire.
    Je suis bien d’accord avec toi. Comment pouvons nous aider nos enfants si nous ne commençons pas par nous même. J’ai lu beaucoup de livres sur l’éducation (positive, bienveillante) mais à un moment si on ne se remet pas en question, je ne voit pas comment on peut appliqué. En parallèle, je m’intéresse aussi au développement personnel de manière générale. Et comme tu le dis, ce sont des petites choses appliqué au quotidien qui permettent de changer en profondeur. (Et parfois, un petit tour chez un psy ne peut pas faire de mal 😉 ).
    En tout cas, j’ai hâte de lire tes articles.

    1. Merci pour ton message Claire 🙂
      Oui, il est je pense totalement impossible d’être bienveillants avec nos enfants si nous le sommes pas un minimum avec nous même 😉

  5. Bonjour Julie,

    Merci pour ces articles tous enrichissants les uns que les autres. Je vais suivre ton blog avec assiduité car j’en ai besoin, je suis dans une période de ma vie où je me sens perdue et où je me pose beaucoup de questions. Et malheureusement je pense que cela envoi du négatif à mon fils et ça fait mal à mon cœur de maman… A très vite pour tes prochains articles 😉

    1. Bonjour !
      Je suis heureuse que le blog et les articles te plaisent. Si ils te permettent d’arriver à être un peu plus heureuse, même d’un chouilla, alors j’en serais plus que fière et ravie 🙂 A très vite !

  6. Je ne suis pas maman donc je ne peux pas forcément imaginer comment je vivrai la situation mais je suis assez d’accord avec le fait que les enfants apprennent de ce qu’ils voient de l’attitude de leurs parents !
    Et en réfléchissant bien, je trouve cela très juste quand tu dis que si on se sacrifie pour eux, ils se sacrifieront également pour leurs enfants, c’est un cercle sans fin.

    1. Oui ! C’est un peu comme dans les avions : il fait mettre son masque à oxygène AVANT celui des enfants… car si on perd connaissance on aidera personne 🙂

  7. Je prends un peu plus de temps pour moi depuis que j’ai repris le sport, que je pratique entre 1 et 3 heures par semaine : pendant ce temps-là, je me vide la tête et je ne m’occupe que de moi, ce qui me permet d’être plus disponible ensuite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Panier
Retour haut de page