Un weekend de jeûne : Pourquoi et comment ?

Un weekend de jeûne : Pourquoi et comment ?

La première fois que j’ai entendu parler du jeûne, c’était dans le livre « L’art de la simplicité » de Dominique Loireau. Dans ce livre, on parle de minimalisme, du « peu ». Si ça s’applique sur nos possessions matérielles, cette philosophie peut également s’appliquer sur bien d’autres aspects de notre vie : du « peu » dans notre emploi du temps, du « peu » dans nos amitiés, du « peu » dans notre nourriture…

Je suis déjà dans une démarche de moins de consommation, moins de matériel. Démarche qui m’a été confortée quand j’ai appliqué la méthode KonMari. Et puis j’ai été touchée par les mots de Dominique Loireau : nous sommes également dans le « trop » de nourriture. Notre corps n’est tout simplement pas fait pour en recevoir tant. Imaginez vous, depuis votre naissance, votre système digestif fonctionne sans discontinuer. Nous qui devions chasser pour vivre, et donc pouvoir vivre sans manger pendant plusieurs jours, nous nous retrouvons à manger 3 fois (!!) par jour, sans même lever le petit doigt.

Le jeûne : Pourquoi ?

Je me suis alors penchée plus sérieusement sur le jeûne, et je me suis beaucoup documentée. J’ai lu un livre, « Le jeûne : Mode d’emploi« , et plusieurs témoignages sur internet. J’ai découvert les bienfaits du jeûne, et croyez moi, ils sont nombreux. En voilà les principaux :

  • Effets bénéfiques sur le cerveau : Notre cerveau est nourri par le sucre que nous consommons. Si nous n’en consommons plus, c’est le foie qui va fabriquer du glucose (processus de néoglucogenèse pour être précise). Et c’est ce glucose là, le vrai carburant dont a besoin notre cerveau pour fonctionner. Le sucre consommé n’est qu’une piètre imitation.
  • Effets sur la peau : Boire beaucoup, et ne pas manger trop gras, on connait toutes ces bonnes paroles pour prendre soin de notre peau. Un jeûne favorise encore plus le processus : au lieu d’éliminer les peaux mortes, le corps les recycle en énergie. La science à démontrer qu’en seulement 10 jours de jeûne, c’est la totalité de la peau qui est refaite.
  • Effets sur la vitalité : Savez vous que 1 tiers complet de notre énergie est utilisé pour la digestion ? Et encore, je parle au mieux ! Si vous mangez trop et ne bougez pas suffisamment, c’est même près de la moitié de votre énergie qui peut être occupée par votre digestion !
  • Effets sur le système immunitaire : D’après de récentes études, 72 heures de jeûne permettent une régénération complète du système immunitaire.

Emballée par tant d’effets bénéfiques, par l’envie de prendre plus soin de moi, et aussi, je l’avoue, juste par goût du challenge, j’ai donc décidé de faire un jeûne de 2 jours. Mon mari, après m’avoir demandé si j’étais entrain de rentrer dans une secte, a décidé de m’accompagner. Nous allions donc jeûner ensemble sur un weekend.

Le jeûne : Mon expérience sur un weekend

Je voulais le faire dès le début du printemps, mais tous nos weekends étaient occupés. Donc c’est début mai que nous avons fait notre jeûne.

Sincèrement, le vendredi même, nous n’étions pas sûrs encore de faire ce jeûne. Ça nous embêtait de bloquer un weekend pour ça, et puis on se demandait si il ne serait pas plus facile de le faire pendant des jours de boulot, histoire d’être bien occupés. Vendredi soir, je suis invitée à boire un verre avec des collègues, pas trop top pour une veille de jeûne 🙂 Mais je ne bois qu’un seul verre. Et en rentrant, je prend juste une soupe, histoire de manger léger, et c’est bon, on se décide, on arrête de manger !

OK, maintenant on arrive à une partie bien moins glamour : la purge. Comme c’est une étape importante du jeûne, il faut bien que je vous en parle.

Notre corps met 48h à digérer ce que nous mangeons. Ce qui veut dire que si nous jeûnons pendant seulement 2 jours, finalement les effets attendus seront quasi nuls car notre système digestif aura continué de fonctionner.

Il y a donc plusieurs méthodes pour purger notre organisme, dont la plus simple, rapide et efficace se fait via médicaments. On a préféré choisir une méthode naturelle (et efficace !) : on a bu chacun un demi litre de jus de pruneau (sans respirer !). Pour ma part, je l’ai fait samedi midi, après la séance de bébés nageurs puis de musique avec ma fille, c’était préférable, même si ça me faisait perdre une demi journée. Le samedi soir, on étaient purgés (désolée, mais ça fait parti du processus ;)).

La première sensation de faim s’est fait ressentir en fin d’après midi le samedi, soit à peine 24h après le début du jeûne. Je ne m’attendais pas à ce que ça m’arrive si tôt. En fait, dans ma vie, il m’est arrivé souvent de ne pas manger, ou très peu, pendant plusieurs jours. Généralement dans des périodes où je vais mal. Donc je m’attendais à ce que ça soit assez facile pour moi. Mais en fait, je me rend compte que pendant ces périodes de jeûne non prévus, c’est tout simplement mon esprit ne réclame pas à manger. Là, si. Et c’est du coup totalement différent !

Mais OK, on tient le coup. On maudit le tout instagram qui n’arrête pas de poster des photos de nourriture, on éteint la télé avec toutes ses publicités… 🙂 Et à la place, je prend des tisanes. En fait, dès que la sensation de faim devenait trop importante, je prenais une tisane. C’est une astuce trouvée au cours de mes lectures, qui apaise la sensation de faim et permet en même temps de purifier mieux l’organisme. (Bien sûr, pendant un jeûne, on boit eau et tisanes à volonté… et même plus qu’à volonté !)

Le dimanche matin, pas de sensation de faim, tout va bien. On pensait au départ arrêter le dimanche soir, mais on se dit qu’on va peut être pousser jusqu’au lundi matin (férié). Au départ, nous avions dans l’idée de rester tranquillement à la maison tout le weekend, au calme, en profiter pour lire et se reposer. Se chouchouter quoi. Et en fait, ça laisse tellement notre esprit libre, on pense tellement à manger… On décide plutôt de faire l’inverse et de sortir pour se changer les idées. On part donc en promenade tout le dimanche après midi avec les enfants. Nous sommes invités à l’apéro pour l’anniversaire de Belle maman en fin de journée. Aïe, dur ! On ne boit que de l’eau et on part avant que les gâteaux apéros ne soient sortis 🙂

Dimanche soir, ça devient très compliqué. Je commence à me sentir faible, a avoir la tête qui tourne et à voir tout noir quand je me lève. Ça me rend dingue de voir que mon corps ne tient pas le choc. On décide donc de se coucher tôt… vivement demain !

Encore une fois, la sensation de faim a disparue au matin. Je décide donc d’attendre encore une heure ou deux avant de manger. Puis enfin, le moment tant attendu… je me permet un morceau de chocolat blanc qui me narguait dans le frigo à chaque fois que je l’ouvrais dans le weekend 🙂 et une banane.

On a repris à manger un peu vite, car le midi nous sommes aller pique niquer avec les enfants, et même si on a essayé de manger essentiellement des petites crudités, on n’a pas résisté au sandwich jambon-beurre, au gaspacho etc… certainement un peu lourd pour une reprise de jeûne.

Le jeûne : Mon bilan

Ce que j’ai aimé :

  • Y arriver ! Pour ma satisfaction personnelle 🙂
  • Le vivre à deux, même si bizarrement on était super irrités tous les deux et on s’est pris la tête comme on ne le fait jamais d’habitude 😉
  • Le seul résultat mesurable que j’ai pu ressentir : beaucoup de légèreté dans la semaine qui a suivi. C’est comme si on vous enlevait quelque chose que vous ne sentiez pas, mais vous vous rendez compte que vous êtes agréablement soulagé une fois enlevé.

Ce que je ferais différemment :

  • Je crois que j’éviterai de le faire un weekend : ça gâche clairement le weekend (et les gâteaux apéros de Belle maman), on a l’esprit moins occupé, on fait à manger pour les enfants, on est devant la TV ou les réseaux sociaux… La prochaine fois, je le ferai pendant des journées de travail.
  • La purge, je la ferai plus doucement, étalée en quelques jours avant le début du jeûne. J’avais affreusement mal à la gorge en reprenant à manger le lundi. Je crois que boire 1 demi litre de jus de pruneau en une fois m’avait super irrité la gorge.
  • La reprise, je la préparerai plus, j’irai plus doucement. Là clairement, si j’ai essayé de me donner bonne conscience à coup de carottes et de bananes, mais en réalité j’ai repris tout de suite à manger normalement, sans laisser le temps à mon corps de reprendre tranquillement le chemin de la digestion.

Est-ce que je vais le refaire ? Oui, certainement. Je suis toujours convaincue des bénéfices, même si il est compliqué de les mesurer. Mais je ne sais pas encore sous quelle forme encore. A minima j’aimerais faire 2 jours de jeûne par trimestre, en début de chaque saison. Sinon, j’hésite aussi à faire un jeûne de 24h hebdomadairement… à tester !

Ce que je retiens aussi, c’est que je suis une fille qui a toujours dit que manger était une grosse perte de temps. Je n’aime pas trop manger. Mais là je peux vous dire que pendant 2 jours, je me suis dit que manger faisait vraiment parti des plaisirs de la vie ! 😉

Avez-vous déjà jeûné ? Est-ce une pratique qui vous intéresse ? Me prenez-vous pour une folle ? 😀

 

12 réactions au sujet de « Un weekend de jeûne : Pourquoi et comment ? »

  1. Merci pour ce partage d’expérience réussie ! Sans sublimer la pratique du jeûne, l’allègement ponctuel de notre corps et donc notre esprit est un bénéfice. Pour une pratique optimale du jeûne, bien préparer le corps avant et bien gérer la reprise de la nourriture sont justes essentiels pour éviter tout choc brutal ! Je serai plus adepte du jeûne hebdomadaire que 2 jours par trimestre. Jeûner représente pour moi une forme de contrôle que l’on reprend sur son corps et son esprit pour les préserver, les assainir et … savoir mieux savourer la nourriture en général ( quantité et qualité) ! Bravo pour l’avoir fait … à suivre…

    1. Merci de ton partage Rosemary et de ton avis sur le jeûne 🙂
      En effet, je pense que je me suis pas assez préparée avant et après le jeûne… à refaire en mieux donc ! 🙂

  2. Article très intéressant, oui j’ai déjà jeûné, la sensation de faim c’est terrible, je trouve que l’on se rend davantage compte de la chance que l’on a d’avoir ce que l’on veut contrairement à certaines populations démunies. C’est comme faire un marathon, je me sens vidée à la fin mais quelle fierté d’aller jusqu’au bout !
    En revanche je n’ai pas fait de purge avant.
    Merci pour ce post

    1. Oui je suis tellement d’accord ! Ça fait énormément réfléchir à ceux qui ne mangent pas à leur faim…
      Ça semble tellement abstrait, la faim, pour nous qui mangeons à longueur de temps…

  3. J’ai beaucoup ri (pardon !) en lisant ton récit du jeûne ! Je m’y retrouve tellement ! 🙂
    Pour ma part je fais des cure de jus, pas loin du jeûne mais pas complètement ! Sinon, le jeûne complet, jamais plus de 24h, je n’arriverais pas à tenir plus ! Chapeau ! Je suis convaincue des bienfaits du jeûne mais je me dis qu’il faut beaucoup de motivation et de volonté pour y parvenir efficacement. Il faut encore que je tourne ça dans ma tête, je ne suis définitivement pas prête, je vais m’en tenir à mes cures de jus pour l’instant 😉

    1. C’est déjà super les cure de jus !
      Comment fais-tu ça concrètement ? Quel jus, combien de temps… ? Ca m’intéresse ! 🙂
      J’avoue que vraiment, c’est le côté « je me challenge » qui m’a le plus boostée pour faire ce jeûne, avant même les bénéfices 😀

  4. Ton article est super intéressant. Bravo a vous. Je ne comprends pas le rôle de la purge. Le jeune même sans purge est bénéfique puisqu’a moment donné l’organisme sera obligatoirement au repos, même si c’est 48heures plus tard. non?
    Je te souhaite une belle journée

    1. Oui en effet, au bout de 48h de toute façon le corps est « vidé ». Mais comme on voulait faire un jeûne que de deux jours, il aurait été quasiment inutile sans la purge.
      Et ceux qui font des jeûnes plus longs font en général aussi la purge, histoire de ne pas perdre 48h 😉

  5. je me suis toujurs pensée incapable de le faire mais les bénéfices m’y feront repnser à deux fois, i will try, avec mon chéri!cest d’ailleurs lui qui en parle de temps n temps et dit qu’il aimerait essayer :p

  6. Eh ben, quel courage et détermination ! Je suis tentée aussi d’en faire un, mais comme je fais du sport plusieurs fois par semaine, j’ai peur de ne pas avoir assez d’énergie avant et après… T’en penses quoi ?

    1. Alors moi, j’ai mis en pause pendant quelques jours le sport. Pas pendant, et j’ai repris plus de 48h après la fin du jeûne.
      Je pense qu’en effet il faut lever le pied, ou remplacer par quelque chose de doux (une longue marche par exemple) et reprendre en douceur. Mais avec un jeûne, tu vas aussi renforcer ton énergie, donc je pense que ça peut être bénéfique pour la reprise 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *